Les dirigeants du PCP ACEFA réaffirme leur volonté de financer les agriculteurs

Les dirigeants du PCP ACEFA réaffirme leur volonté de financer les agriculteurs

Le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales a identifié les filières riz, maïs, lait et poisson comme des filières prioritaires qui nécessitent d’importants financements pour stimuler significativement leur rendement d’ici à 2030.

Avec ses 7.2 millions hectares de terres arables, 2 millions d’hectares de pâturages mais aussi 4 millions hectares de plateaux d’eau, le Cameroun affiche cependant un déficit dans la production alimentaire.

Selon le ministre de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales, le pays importe annuellement plus de 900 milliards de FCFA de produits agricoles dont 200 milliards de FCFA de produits laitiers et de la pêche.

Un défi que le PCF ACEFA, le Programme de Consolidation et de Pérennisation du Conseil Agropastoral, veut relever en renforçant davantage les capacités des producteurs locaux.

« Avec la crise russo-ukrainienne, on a des problèmes avec l’approvisionnement de nos villes donc il faut travailler sur la sécurité alimentaire. Nous allons renforcer nos équipes sur le terrain et les moyens pour pouvoir augmenter la productivité, augmenter les revenus des producteurs et participer à la politique du gouvernement de l’import substitution », a indiqué Bouba Moumini, Coordinateur national du PCP ACEFA.

L’un des défis que doivent relever les petits producteurs est celui de l’accessibilité au financement et aux crédits. Selon le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales du Cameroun, les filières riz, maïs, lait et poisson sont quelques-unes des filières prioritaires qui nécessitent d’importants financements pour stimuler significativement leur rendement d’ici à 2030 et contribuer à la politique d’import-export qui va permettre de réduire la dépendance aux exportations.

« On ne peut pas développer l’agriculture sans crédit. Nous sommes en train de former nos conseillers pour accompagner les producteurs individuellement ou collectivement vers les banques, vers les microfinances pour qu’ils puissent profiter des fonds qui sont dans nos banques pour le développement de l’agriculture, de l’élevage, du développement économique du Cameroun en bref » a expliqué Bouba Moumini.

Depuis sa création en 2008, le programme PCP ACEFA a accompagné environ 225 000 producteurs pour améliorer l’offre alimentaire au Cameroun.

Des efforts dont l’impact ne se ressent que peu, au regard de la cherté et la rareté des produits alimentaires sur les marchés.

Source : https://africa24tv.com/

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )